Accueil
 

Agenda 23

 
 
 

LA BATAILLE FERROVIAIRE

Il y a encore quelques semaines, l’Élysée et le gouvernement ne s’attendaient absolument pas à une telle situation. Ils misaient sur un isolement des cheminots et sur une opinion publique validant, sur l’essentiel, la réforme proposée. Or, aujourd’hui, la réalité est un mouvement social puissant avec une succession de sondages indiquant un soutien aux grévistes qui progresse, des contradictions et des paradoxes. L’agenda médiatique présidentiel est conçu pour toucher un maximum de personnes.

Le débat est engagé dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Emmanuel Macron et sa majorité vont tenter une nouvelle opération d’envergure, très certainement plus élaborée que la première qui a consisté à un lamentable « cheminot-bashing » et à une présentation apocalyptique du chemin de fer.

Le pouvoir a sous-estimé plusieurs facteurs : un attachement singulier à nos trains, nos gares; une re-politisation dans le pays en réaction à une politique sociale jugée injuste et à un début de quinquennat vécu comme un acharnement visant les plus modestes; un mécontentement grandissant vis-à-vis de l’autoritarisme, du passage en force systématique, du mépris de classe.

Le prochain round est décisif. Il nous faut franchir une nouvelle étape dans la bataille argumentaire. Tenir bon pour, à la fois, ne pas perdre ce que nous avons commencé à gagner, et remplir l’agenda avec de nouvelles actions afin d’élargir notre campagne d’explications, de révélations, de propositions pour l’avenir du ferroviaire public. 

Expliquer auprès des usagers et des citoyens ce qui se passe à la SNCF, pourquoi il faut une réforme mais pas celle du gouvernement.

On connaît les portes d’entrée pour faire réfléchir et faire progresser le soutien au mouvement : les besoins humains en termes de mobilité et d’aménagement du territoire, les enjeux environnementaux.

Sur la dette, l’exécutif est aujourd’hui en grande difficulté. Quand on fait le bilan de la mise en concurrence du fret ferroviaire, on se fait mieux comprendre. Idem sur l’avenir des petites lignes. Face aux mensonges et aux omissions du gouvernement, le débat citoyen est la solution.

Le succès des prochaines journées, le 19 avril et les défilés du 1er mai, est primordial.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.