Fédération de la Creuse

Fédération de la Creuse
Accueil
 

Agenda national

 
 
 

ISRAEL - PALESTINE : Macron doit prendre une initiative pour la solution à deux Etats

Les déclarations de Donald Trump du 6 décembre, considérant de manière unilatérale Jérusalem comme capitale d’Israël, violent le droit international et éloignent la perspective d’une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens en niant les résolutions adoptées par l’ONU pour y parvenir.

Rien ne serait pire que de prendre acte de la décision américaine sans réagir : la reconnaissance, aux côtés d’Israël, de l’Etat palestinien dans les frontières de 1967 et avec Jérusalem-Est pour capitale doit devenir une priorité des gouvernements attachés à la paix, au respect du droit et à une solution politique juste.

La décision étasunienne a été dénoncée et condamnée lors de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU du 8 décembre et, le 9 décembre, par les membres de la Ligue arabe réunis au Caire.

L’Union européenne comme le Vatican a réaffirmé son soutien aux résolutions de l’ONU et à la solution à deux Etats conforme à ces résolutions.

Le 10 décembre, journée internationale des droits humains, le président français a manqué de prendre l’initiative politique qui était et demeure vivement attendue de la France à travers le monde pour relancer un véritable processus politique de paix au moyen d’une médiation internationale multilatérale. Le président français, qui recevait le Premier ministre israélien, a « désapprouvé » Donald Trump et qualifié de « regrettable » le pas franchi par l’administration américaine, et redit l’attachement de la France au droit international, aux résolutions de l’ONU et à la solution à deux Etats.

Emmanuel Macron a évoqué un « gel de la colonisation » mais a préféré renvoyer les protagonistes à un hypothétique tête-à-tête en appelant Benjamin Netanyahu à « des gestes courageux envers les Palestiniens » pour « sortir de l’impasse actuelle ».

La colonisation et l’occupation israéliennes redoublent de violences à l’égard du peuple palestinien, les habitants de Gaza, prisonniers d’un blocus illégal, sont bombardés quasi quotidiennement par l’armée israélienne : la paix, une paix juste, une paix durable, n’attend plus.

Le président Emmanuel Macron aurait pu s’appuyer sur le vote du Parlement français en faveur de la reconnaissance de l’État palestinien, et conformément aux préoccupations exprimées par le ministère des Affaires étrangères obtenir la libération de notre compatriote, le jeune avocat Salah Hamouri.

Le PCF appelle au rassemblement le plus large des forces démocratiques et à la solidarité internationale pour le plein respect des droits du peuple palestinien, pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens et prend l’initiative d’une large campagne de pétition électronique adressée au président Macron pour la reconnaissance officielle de l’État de Palestine.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.