Accueil
 

Agenda 23

 
 
 

DES DÉPARTEMENTS QUI DISPARAISSENT !

Communiqué de Romain Marchand, Secrétaire général de l’ADECR 94, suite aux révélations du Monde concernant le scénario privilégié par le Préfet de Région sur la Métropole du Grand Paris.

"A la veille de la trêve des confiseurs, le Préfet de Région Michel Cadot a rendu au Président de la République son rapport concernant l’évolution institutionnelle de la Métropole du Grand Paris (MGP). Après plusieurs semaines d’une concertation de coulisses, le verdict est tombé : il préconise la suppression des trois départements de la petite couronne (voire des quatre de la grande couronne !), dont les compétences seraient réparties entre la MGP et les onze Etablissements publics territoriaux (EPT).

Sur la forme comme sur le fond, je suis profondément révolté par ces annonces.

Sur la forme : qu’une réforme d’une telle importance, mettant en jeu l’avenir de politiques publiques utiles à 12 millions de Franciliens, soit élaborée en catimini par un haut fonctionnaire sans aucun débat public, est une bien vieille recette. Sommes-nous revenus au temps du département de la Seine, quand la région capitale était dirigée de façon verticale et centralisée par le commis de l’Etat ?

Sur le fond : la suppression des départements n’est qu’une recentralisation qui ne dit pas son nom. Les départements ont mis en place des politiques publiques qui émanent de la volonté des électeurs : ainsi dans le Val-de-Marne, des choix inédits ont été faits en matière de solidarité, de culture, d’éducation… Qui peut croire que cela sera encore possible au sein de la MGP ou des EPT ?

Les élu.e.s communistes et républicain.e.s du Val-de-Marne préconisent une évolution de la MGP reposant sur deux principes forts :

 La poursuite de la décentralisation : conforter la Commune, le Département et la Région en renforçant les moyens de leur libre administration ; favoriser la coopération intercommunale librement choisie à travers des EPT « coopératives de villes » et non instruments de leur mise sous tutelle ; élargir la MGP au territoire régional pour ne pas encourager une région à deux vitesses.

 La démocratie : parce que c’est de l’avenir des services publics locaux et donc de la vie quotidienne des Franciliens dont il s’agit, toute réforme doit être soumise à un référendum.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.