Fédération de la Creuse

Fédération de la Creuse
Accueil
 
 
 
 

LA QUESTION SOCIALE AU CŒUR

Un mouvement social diversifié se développe avec le soutien de l’opinion. Les communistes œuvrent pour une convergence des luttes, un front des luttes.

Le président Macron et son gouvernement ont pensé que leur « coup » antidémocratique avec la loi travail allait scotcher, geler toute expression de riposte à leur politique. Mais on voit bien qu’après la trêve hivernale, il y a un regain des luttes. Des dates de mobilisations sont fixées pour le premier trimestre, pour le second trimestre. Il faut dire que le budget Macron ne passe pas. Comme ne passe pas son étiquette de président des riches. Et ce budget, il se fait sentir maintenant, concrètement, dans la vie des concitoyens, dans leur pouvoir d’achat : CSG des retraités, hausse de prix, tarifs d’autoroute, de l’énergie, du tabac, budgets en baisse des services publics, fermetures de classes ou d’écoles… On voit bien que la question sociale est au cœur du mécontentement, qu’elle est le moteur de mobilisations.

Les sondages montrent un large soutien de l’opinion aux luttes, c’est un point très important. 87% des personnes interrogées soutiennent les mouvements sociaux en cours, un soutien qui traverse tous les électorats. 64% des sondés pensent que tout cela pourrait déboucher sur une mobilisation générale. Les enquêtes montrent aussi qu’il existe un soutien fort aux services publics.

Bref, entre l’austérité en cours et la satisfaction des besoins sociaux, il y a bien une contradiction majeure.

Viennent fort dans le débat les questions du pouvoir d’achat, des services publics (et notamment des services publics de proximité), de la reconnaissance du travail, du travail bien fait.

Les salariés ne veulent pas être considérés comme des pions, des éléments « jetables ». C’est le cas de la mobilisation en cours chez Carrefour. On retrouve ces mêmes revendications sur les plateformes logistiques comme Amazon. On mesure aussi les conséquences concrètes des ordonnances sur le travail. Là, il y a l’exemple de Gemalto. La question de l’égalité, de la dignité, de la protection (égalité hommes/femmes, égalité de traitement la vie durant, égalité territoriale, égalité d’accès au service public, à l’université, égalité citoyenne, accueil des migrants), ces exigences montent très fort au cœur des mobilisations. Dans le même temps s’accumulent les rapports qui prouvent (dans notre pays comme dans le monde) que s’il y a un appauvrissement du plus grand nombre, il existe des masses d’argent qui pourraient être utilisées autrement.

Toutes ces luttes qui rebondissent, qui convergent, concernent le social et concernent aussi l’enjeu démocratique.

 Il faut préserver des lieux de démocratie, c’est vrai pour les départements comme pour les communes.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.