Accueil
 
 
 
 

RENTRÉE POLITIQUE

La rentrée politique annonce des chocs politiques et sociaux considérables. Par-delà le fil de l'actualité, tout s’accélère de nouveau. Le monde change, sous nos yeux, à très grande vitesse. L'ampleur de ces bouleversements interroge le sens notre société, l'avenir de l'humanité.

Prenons trois sujets.

  • La démission de Nicolas Hulot pose la question de l'urgence de la transition écologique. La planète brûle. L'hémisphère Nord vient de passer un été marqué par des températures extrêmes et des événements climatiques hors normes.
  • Dans le même temps, et les deux questions sont étroitement liées, le creusement des inégalités enregistre lui aussi des records. Avec, d'un côté, des dividendes au sommet, et de l'autre, des vies à terre, rongées par la précarité généralisée. Combien sont les familles, les retraités, qui, aujourd'hui, n'ont pas uniquement la crainte de l'avenir mais du présent.
  • Enfin, face à cette crise écologique et sociale, celle du réchauffement climatique et de la pauvreté, le macronisme ne change pas de cap : il entend maintenir une politique injuste et irresponsable.

Normal, Macron est l'enfant prodigue de ce monde qui va à l’abîme.

 

Le pouvoir engage la saison 2du gouvernement dans une situation plus défavorable qu'à la même période l'année dernière. L'exécutif est en effet en difficulté. L'été a commencé par l'affaire Benalla. Au delà les exactions de ce personnage, c'est la manière de présider, la manière dont l’État s'est comporté qui a interpellé.

Sur la situation économique et sociale, Macron n'est plus aujourd'hui uniquement le « président des riches », il est aussi celui qui s'acharne sur les plus modestes, à commencer par les retraités, les familles, les chômeurs.

Sur le pouvoir d'achat, l'exécutif est aujourd'hui au plus mal. Ce nouveau pouvoir avait fait le récit d'un « nouveau monde », avec la promesse de « ré enchanter la politique ». En à peine 15 mois, c'est le triomphe de la cupidité, du mépris, de l'arrogance et de la brutalité

À partir de batailles déjà engagées – comme c'est le cas avec le tour de France des hôpitaux –, en prenant à bras le corps celles qui s'annoncent – à commencer par les retraites –, il y a vraiment des brèches à ouvrir, des propositions et des solutions à faire discuter partout dans le pays.

Chaque année, on dit que la Fête de l'Huma sera le grand carrefour des luttes et des convergences pour d'autres possibles. C'est particulièrement vrai pour cette édition.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.