Accueil
 
 
 
 

OTAN > Les exercices militaires en Norvège

Vouloir jouer à la guerre c’est prendre le risque de la déclencher

Il n’est pas anodin que le plus vaste exercice militaire organisé par l’OTAN depuis la fin de la guerre froide, et baptisé Trident Juncture 2018, se déroule en Norvège, pays qui partage une frontière terrestre et maritime avec la Russie.

Pour la première fois depuis les années 1980, un porte-avion nucléaire américain va franchir le cercle polaire arctique. Le gouvernement français s’en fait le com­plice en envoyant 3 000 soldats français y participer.

Dans le même temps, la Belgique achète pour 4 milliards d’euros un avion de com­bat américain F35 pour sa « capacité à porter des bombes nucléaires américai­nes ».

Dans un contexte de course aux surarme­ments et de militarisation des relations internationales, l’OTAN ne fait pas partie de la solution, mais du problème. Vouloir jouer à la guerre, c’est prendre le risque de la déclencher.

Le PCF, partisan du démantèlement de l’OTAN, appelle à ouvrir la voie à la créa­tion d’un cadre pan-européen inclusif de coopération et de sécurité collective.

La France se grandirait en faisant une pro­position diplomatique allant dans ce sens. Le Centenaire de la fin de la grande bou­cherie impérialiste que fut la Première Guerre mondiale offre l’occasion d’enga­ger nos pays dans des politiques interna­tionales et européennes de sécurité humaine collective, de dénucléarisation, de désarmement, et de coopérations soli­daires et mutuellement bénéfiques.

Le PCF entend faire de la lutte pour la paix et la solidarité internationale un axe fort de campagne pour les élections euro­péennes de 2019

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.